Une erreur dans le texte ?
Une faute d'orthographe ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur.

Vous pouvez utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour contacter. Merci.


Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Edifié au 12e siècle, le château du Haut-Koenigsbourg fut pendant des siècles le témoin de conflits et de rivalités entre seigneurs, rois et empereurs.

Il a vu se succéder d'illustres propriétaires qui ont marqué son histoire et de nombreux événements qui ont changé jusqu'à sa physionomie…

Passer la haute porte du Haut-Koenigsbourg, c'est plonger dans l'univers du Moyen Âge. De la cour basse avec son auberge, sa forge et son moulin, aux escaliers en colimaçon, qui mènent aux appartements meublés du seigneur, découvrez une architecture, un mobilier, une atmosphère chargés d'histoires.

Ponts-levis, salle d'armes, donjon et canons rappellent à chaque instant la vocation de cette forteresse de montagne qui fut assiégée, détruite et pillée.
Abandonné après 1633, ce château fort prestigieux est offert par la ville de Sélestat à Guillaume II de Hohenzollern en 1899. Rêvant de ressusciter l'ancien empire germanique, il assouvit sa passion du Moyen Âge en confiant la restauration du château à l'architecte Bodo Ebhardt, spécialiste de la fortification médiévale.
Au début du 20e siècle, la dimension politique de ce grand chantier doit légitimer la toute jeune dynastie impériale des Hohenzollern et affirmer aux yeux du monde la puissance du nouvel empire. Aujourd'hui, on admire davantage l'aspect pédagogique d'une restauration qui, sans être incontestable, est la plupart du temps vraisemblable.

Etape 2

Merci de proposer une modification pour les paragraphes sélectionnés

Votre pseudo *

Votre courriel *

Commentaire

Condition d'utilisation *
J'ai lu et accepté les conditions d'utilisation
Valider

Succès !

Votre signalement a bien été enregistré. Vous allez recevoir une confirmation par courriel.

Fermer la fenêtre